Ever, Wilfred

Jeune poète anglais prodige et non résigné, Wilfred Owen est mort le 4 novembre 1918, sur le canal de la Sambre, dans le Nord. Le jour de l'Armistice, sa mère reçut sa dernière lettre, écrite dans une cave en lisière de la forêt de Bois-L'Evêque. La cave demeure. Demeurent aussi ses vers, qui tranchent dans le vif de l'absurde belliqueux.
"Hymne Pour Une Jeunesse Perdue" est lu par Louis-Jean Corti.
Musique © Nick Cave & Warren Ellis


Les autres Créations Sonores

Copyright Cerise Maréchaud
Site créé par PIKO PIKO